Rencontre avec Virginie Ehonian

J’ai rencontré Virginie lors de la dernière édition de 1.54  à Londres en octobre dernier. Nous avons eu un échange intéressant autour de notre passion commune pour la création contemporaine africaine. Au fil de la discussion, nous nous sommes rendues compte que nous avions toutes les deux un blog depuis 2011. Plongée dans la lecture de African Links, je me rends compte que nous traitons souvent des mêmes sujets, mais toujours de façon très différente, je propose donc un échange de visibilité à Virginie sur les mêmes sujets traités, sous forme de liens et de renvois vers nos blogs respectifs.  Elle accepte volontiers et me propose à son tour une interview croisée pour célèbrer cette nouvelle collaboration. Voici donc mon interview de Virginie Ehonian. 

15992074_10154337266014010_647796735_o

copyright photo : Francesco Brigida 

Peux-tu te présenter brièvement ?

Virginie Ehonian, très jeune trentenaire, les dents du bonheur et auteure du blog african links. Mes intérêts se tournent principalement vers l’art, la culture, le digital et les voyages : je tiens difficilement en place !
J’ai également collaboré avec les magazines IAM, Divas, et la plateforme Happening ; je me vois davantage comme une créatrice de contenus que journaliste.

Qu’est ce qui t’a poussé à créer ton blog african links en 2011 ?

J’ai commencé african links suite à un parcours de création d’entreprise avec l’Adie. A la base, il s’agissait d’une galerie commerciale en ligne dédiée à la jeune création du continent africain. Puis c’est très rapidement devenu un laboratoire personnel, sur lequel j’éditais mes commentaires d’exposition, coups de cœur et différents intérêts.

Qui sont tes visiteurs ?

D’après WordPress – ma plateforme de publication – la terre entière ! Plus sérieusement, mes lecteurs et abonnés sont principalement francophones ; à l’exception des réseaux sociaux, où l’image fédère sans distinction de langue.

15992068_10154337268024010_1403845308_o

Capture d’écran du blog de Virginie Ehonian – African Links 

Quelles sont tes belles plus rencontres ? Les interviews dont tu es la plus fière ?

Toutes les rencontres sont belles à leur manière et surtout apportent quelque chose en plus. Elles sont encore plus belles lorsqu’elles s’ancrent dans le temps et que les échangent se poursuivent.
Il y en a eu pas mal : Fatou Kande Senghor, Hassan Hajjaj, Joana Choumali, Sasha Huber, Evans Mbugua, Barthélémy Toguo, Nadja Makhlouf, Leslie Amine, Fred Ebami, Sonia Recassens… Pour ne citer qu’eux.

Les interviews dont je suis le plus fière, sont ces moments au cours desquelles j’en apprends tellement sur mon interlocuteur que j’ai ensuite une grande facilité à retranscrire mes impressions. Cela a été le cas par exemple avec l’artiste Afi Nayo : j’ai mené un entretien et écrit un texte pour sa première publication.

Quelle est la personnalité que tu rêves d’interviewer et qui te fascine ?

On quitte un peu le domaine de l’art avec Oprah Winfrey ! Elle me fascine pour tout ce qu’elle a su accomplir et réaliser : c’est un bel exemple à suivre.

Tu écris beaucoup, quel est ton rapport à l’écriture ?

J’écris quotidiennement depuis l’âge de 12-13 ans. Du journal intime d’ado au blog, il n’y a qu’un pas ou deux… J’y vois au bout du compte deux manières assez similaires de se raconter et de se dévoiler.

En quoi est-ce pour toi une nécessité ?

En tant qu’ex-timide maladive écrire est très vite devenu un exutoire vital, une manière de libérer des pensées que je ne parvenais pas à exprimer de vive voix. D’ailleurs, monter sur scène pour réciter mes premiers textes de Slam, m’a beaucoup aidée, étant plus jeune.

Parallèlement à ton blog, tu es la fondatrice de Nooru Box, peux tu nous en expliquer le concept ?

La Nooru Box est un coffret dédié aux cultures noires, c’est à dire d’Afrique, des Caraïbes et des Amériques. Une fois tous les deux mois, les adhérents reçoivent une sélection de produits culturels ; cela va du livre, au dvd, cd, pass expo, et autres goodies. L’idée est d’apporter une autre lecture de ces cultures à travers une offre culturelle exclusive et qualitative. La Nooru Box est une extension logique d’african links. Les différents jeux-concours que je proposais sur le blog m’ont conduit à penser un kit culturel pour un public parisien curieux et passionné. Avec le questionnement d’une africanité contemporaine comme axe majeur, les ambitions de la Nooru Box et d’african links se rejoignent tout en étant complémentaires. L’art et la culture restent à mes yeux les meilleures solutions pour déjouer et gommer stéréotypes et autres idées préconçues de manière durable, d’où le terme « nooru box » qui signifie « boîte emplie de lumière » en Swahili.

La première Nooru Box date de Mai 2016, et aujourd’hui la 3ème reste encore disponible en ligne, sur le site www.noorubox.com. La 4ème Nooru Box sera annoncée pour la fin février 2017.

16010384_10154344498829010_353284077_o

Joan Mitchell, Mon Paysage, 1967

Quels sont les événements en lien avec la création contemporaine africaine à Paris à ne manquer sous aucun prétexte en 2017 ?

Le 1er rendez-vous de 2017 à ne pas manquer est Art Paris Art Fair qui mettra le continent africain à l’honneur. Je suis également ravie qu’african links figure dans la liste des partenaires médias. A voir également en mars, à la Villette METROPOLIS AFRIQUE CAPITALES  l’exposition dont Simon Njami est le commissaire.
Cet été, une exposition personnelle sera consacrée au travail de Gareth Nyandoro au Palais de Tokyo, suite à sa résidence avec SAM ART Projects.
Puis, nombreux sont ceux qui attendent la seconde édition d’AKAA, prévue pour le mois de novembre.

Quels sont tes souhaits pour 2017 ?

Principalement d’avoir toujours assez d’optimisme pour nourrir mes ambitions.

Plus d’infos :

www.africanlinks.net

www.noorubox.com

Lire aussi mon interview sur le blog de Virginie : 

https://africanlinks.net/2017/01/15/points-communs-rencontre-avec-claire-nini-journaliste-culturelle/

 

Publicités

2 réflexions sur “Rencontre avec Virginie Ehonian

  1. Pingback: Points communs: Rencontre avec Claire Nini, journaliste culturelle |

  2. Pingback: Mon interview par Claire Nini |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s