Malick Sidibé, Omar Victor Diop Studio Portrait(s).

-Noir et blanc –versus– Couleurs-.

-Ancienne génération –versus– nouvelle génération-.

-Mali –versus– Sénégal-.

-Inconnus –versus– célébrités-.

Et pourtant un point commun : l’œil du galeriste André Magnin qui possède dans sa collection ces deux artistes, photographes témoins de leur génération.

45 ans de différence séparent le jeune photographe Omar Victor Diop né à Dakar en 1980 du monument malien Malick Sidibé né à Soloba en 1935 ;  présentés à la galerie du jour Agnès B. à l’occasion de l’exposition qui leur est consacrée : Malick Sidibé, Omar Victor Diop Studio Portrait(s).

MS.6534.3

Malick Sidibé Avec ses deux femmes, 1979, Courtesy Galerie du jour Agnès b.

VOD1404002

Diop Aminata, 2013 Le studio des vanités © Omar Victor Diop Courtesy Galerie MAGNIN-A, Paris.

Ce qui frappe malgré le presque demi siècle qui s’est écoulé, c’est la tradition du studio qui perdure avec son cadrage, ses formats carré, ses fonds graphiques qui se fondent ou contrastent avec les motifs des pagnes des sujets photographiés et leurs postures élégantes qui n’ont pas d’âge, comme figées dans le temps.

On imagine très bien les clichés d’Omar Victor Diop se transformer soudain en noir et blanc et ceux de Malick Sidibé s’animer en couleurs.

L’illusion serait totale, à s’y méprendre dans une confusion temporelle délirante …

MS.8888

Malick Sidibé Les deux camarades, juin 1984, Courtesy Galerie du jour Agnès b.

VOD1601086

Omar Victor Diop Art Comes First, 2016 Le studio des vanités © Omar Victor Diop Courtesy Galerie MAGNIN-A, Paris.

 » Portraits posés de la scène culturelle africaine. Voici les nouveaux visages des cultures urbaines du continent. Il sont noirs, arabes, blancs, qu’importe. Ils sont créatifs et ambitieux, mais surtout ils travaillent à faire de leurs visions une réalité. Je dresse le portrait d’une génération qui oeuvre à positionner l’urbain africain en tant que creuset de la création contemporaine, lieu d’échanges et de production. Il s’agit ici d’aller au delà de l’exercice purement représentatif qui veut que chaque portrait soit l’immortalisation d’un sourire niaisement endimanché. Ici paraître c’est déjà une façon d’être.  » peut-on lire sur un cartel de l’exposition signé Omar Victor Diop.

2300KFDPRW=0.00 GW=0.00 BW=0.00 RB=9.99 GB=9.99 BB=9.99Topaz2Malick Sidibé Des chaussures pour aller danser, 1963, Courtesy Galerie du jour Agnès b.

VOD1404024.jpgOmar Victor Diop Mariama, 2014 Le studio des vanités © Omar Victor Diop Courtesy Galerie MAGNIN-A, Paris.

Amorcée dès 1950 dans les clichés de Malick Sidibé – l’esthétique nègre chère à Léopold Sédar Senghor penseur de la négritude –  dans sa lutte a su s’imposer progressivement et continue grâce aux clichés de la nouvelle génération comme le petit génie Omar Victor Diop et sa série « Les studios de la vanité » a faire lentement son chemin dans les consciences occidentales.

« Black is beautiful ! » CQFD …

Malick Sidibé est né en 1935 à Solaba (Mali), dans une famille de peuls. Remarqué pour ses talents de dessinateur, sa famille l’encourage à étudier à l’école soudaine d’artisanat à Bamako, dont il sera diplômé en 1955. L’année suivante, embauché comme apprenti, il décore le studio de Gérard Guillat, photographe français installé à Bamako, surnommé « Gégé la pellicule ».  En 1958, le jeune Malick ouvre enfin son propre studio dans le quartier de Bagadadji. Malick Sidibé capture la joie de ses compatriotes maliens et de toute une jeunesse au début d’une nouvelle ère : celle de   l’indépendance. En 1994, il expose à la première édition des Rencontres de la Photo de Bamako, et son travail est immédiatement repéré par des galeries et musées européens. En 1995, la Fondation Cartier lui consacre sa première exposition personnelle à Paris. Malick Sidibé est décédé le 14 avril 2016 à l’âge de 80 ans. Il restera à jamais l’œil de Bamako.

Omar Victor Diop est né en 1980 à Dakar (Sénégal).  Il a toujours eu dès l’enfance un attrait presque inconscient pour la photographie. Il souvient que chez lui était accroché au mur le portrait de son grand père réalisé par Mama Casset (grand précurseur de la photographie africaine au Sénégal , né en 1908 à St Louis du Sénégal et  décédé à Dakar en 1992.) Il connaît son premier grand succès lors des Rencontres de la photographie de Bamako où il exposé pour la première fois en 2011 avec la série Le Futur du beau  en clin d’œil à la thématique de cette année là : Pour un monde durable. L’année suivante, il participe à la Biennale de Dakar, ainsi qu’aux rencontres de la photographie d’Arles, et sa notoriété s’affirme. En 2014 et 2015 ses participations avec sa série Diaspora, autoportraits où il se met en scène dans la peau d’hommes africains historiquement célèbres , à Paris Photo Paris et Los Angeles , à la FIAC, et à la Foire 1.54 à Londres, font de lui le nouveau chouchou de la photographie africaine.  On le qualifie alors de petit génie et les collectionneurs commencent à acheter son travail entre 4000 euros et 6000 euros le cliché.  En 2016, il signe la série Hopeful Blues, consacrée aux réfugiés centrafricains, qu’il a rencontrés grâce  à une résidence permise par le HCR et la Croix Rouge sur un camp au Cameroun à la frontière avec la Centre Afrique. Il sort alors du format carré, pour encadrer ses sujets dans des médaillons presque religieux, sur un fond bleu de l’espoir et de la sérénité. Ce jeune photographe internationalement connu de Londres, à Paris, en passant par New York,  vit et travaille toujours au Sénégal. Il  dit avoir envie de s’ouvrir prochainement à l’art vidéo.

2300KFDPRW=0.00 GW=0.00 BW=0.00 RB=9.99 GB=9.99 BB=9.99Topaz2

Malick Sidibé Un musicien avec sa guitare, 1963, , Courtesy Galerie du jour Agnès b.

 

VOD-thierno-hd

Omar Victor Diop Thierno, 2012 Le studio des vanités © Omar Victor Diop Courtesy Galerie MAGNIN-A, Paris.

 

Malick Sidibé, Omar Victor Diop Studio Portrait(s). 

Galerie du jour agnès b. jusqu’au 19 mars 2016

44 rue quincampoix 75004 PARIS

Du mardi au samedi de 11h à 19h – entrée libre.

 

OWL a partagé mon article : http://www.owlparis.com/index.php/blog/CN/

Little Africa a partagé mon article : http://littleafrica.fr/guide-afrique-paris/malick-sidibe-omar-victor-diop-studio-portraits/

Diptyk Magazine a republié mon article : http://diptykblog.com/blog/2016/03/19/malick-sidibe-omar-victor-diop-studio-portraits/

Lire aussi l’article de Virginie Ehonian sur son blog :

https://africanlinks.net/2016/03/06/e-face-a-face-de-malick-sidibe-et-domar-victor-diop-a-la-galerie-agnes-b/

 

 

 

Publicités

2 réflexions sur “Malick Sidibé, Omar Victor Diop Studio Portrait(s).

  1. Pingback: Malick Sidibé, Omar Victor Diop Studio Portrait(s).

  2. Pingback: Le face à face de Malick Sidibé et d’Omar Victor Diop à la Galerie Agnès b |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s