Quand Jésus et la Vierge deviennent les nouvelles icônes de l’art contemporain.

Les artistes contemporains vont parfois très loin dans le blasphème des figures emblématiques religieuses. Ironie, humour, provocation ou blasphème ? Quoiqu’il en soit, Jésus, la Vierge, et autres figures religieuses sont devenues les nouvelles icônes presque incontournables de l’art contemporain.

La-Nona-Ora

En 1992, Maurizio Cattelan dans son installation la Nona Ora a fait mourir Jean Paul II précocement, presque une décennie en avance… Suite à un malencontreux accident de météorite, la figure papale gisante dans les débris de verre, sans doute ceux de la « Papa-Mobile » pulvérisée, sont le symbole de la force de la nature qui reprend le dessus ou peut être du siècle laïque revanchard qui écrase la religion. Décidément les éléments du ciel semblent se déchaîner sur les symboles religieux, après la météorite échoué sur la figure pontificale, c’est la foudre qui s’abat sur une église, dont il ne reste qu’un volume fantomatique composé de bois carbonisé (Cornelia Parker dans Mass 1997).

Le paroxysme de la désacralisation de l’art religieux amorcé par Max Ernst avec La vierge corrigeant l’enfant (1926) a brillamment aboutie en 1987 avec l’œuvre d’ Andres Serrano, dans Piss Christ , littéralementle christ à la pisse.

1305880089piss-christ-1987

Pour filer la métaphore, l’œuvre d’Andres Serrano est une magistrale fessée blasphématoire administrée à toutes ces niaises et trop lisses madones, pietà et icônes ; vestiges d’une épopée christique qui est péniblement arriver au terme de son chemin de croix. Toutes ces vierges à l’enfant dont la mièvrerie explose enfin grâce à la mine anti personnelle en porcelaine blanche de Conrad Atkinson en 1996 dans Vierge à l’enfant

PierreGilles5

Désormais les nouvelles madones modernes sont celles  adorées par Pierre et Gilles. Même les publicitaires s’emparent des références bibliques, le pape embrasse un imam, une bonne soeur un rabbin depuis toujours dans les campagnes de Benetton, et  on a vu avec la polémique de Marithé Françoise Girbaud qui reprenait la fameuse Cène que  l’ostille avait du  mal à passer !

Moebus

Dernièrement Wim Delvoye au Louvre, entortille des Christs en bronze sur leur croix, sur une table d’une longueur démentielle, clin d’oeil évident à la Cène, revisitée dans un décor chargé de velours rouge et de dorures dans le salon d’apparat des appartements de Napoléon III, très loin du voeu de pauvreté prôné par le christianisme. Ces anneaux christiques, sublimes objets, sont d’une finesse dont émane une poésie presque sacrée, aucun blasphème donc n’est à déduire de  ces crucifix en roue, disposés sur la nappe blanche comme un linceul.

ABDAD0321_temp

Alors que les nouveaux Dieux du football sont sur le parvis du Centre Pompidou, Abdel Abdessemed punaise quatre christs en fil de fer barbelés libérés de leur lourde croix, à l’intérieur de Beaubourg dans la Galerie Sud. Pourquoi quatre  ? Un pour chaque religion monothéiste, ça fait trois, l’art contemporain serait il devenu la quatrième religion ?

Cette oeuvre intitulée Décor est emblématique, les références aux religions sont tellement nombreuses qu’elles finissent presque par faire partie du décor et à devenir banales. Décor est un jeu de mot à double tranchant, il s’agit de corps, celui du christ multiplié par quatre donc « des corps », mais aussi de décor au sens d’ornement car ces corps christiques sont devenus de simples ornements, au mêmes titres que les corps du christ de Wim Delvoye qui ornent la table d’apparat.

Il en est ainsi en ce moment en art contemporain, les bondieuseries en tout genre sont la nouvelle tendance, elles font partie incontestablement du paysage. Ainsi soit-il !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s